Bio

Du fond des égouts monte un cri de ralliement : »SKKKRRRiiiiiiiiirhhK !!!!! »
C’est celui du grand scolopendre qui vous invite par cet appel à former une émeute, c’est à dire, une meute de gens émus.

Aujourd’ hui que la vergne veut se venger ; grimpante plante écartèle le béton, ici aussi, déluge et blizzard ont tôt fait leur ouvrage. A l’aube naissante une horde de fantômes pâles aux yeux bleutés pleurent des larmes de sang, sous une pluie de cendre. Les phrases sont très probablement des lames ; autant les tourner sept fois dans nos poches… Présentes-en le manche à ton ami pour qu’il les plonge directement dans ton coeur. Nous aurions peut être voulu dire exactement l’inverse mais, tout les trois, ne faisions que lancer des fléchettes au hasard, cordes vibrantes et clochettes frissonnantes, de douleur et de plaisir.

Nous attendons la venue du monstre, ce qui ne peut être nommé,
la catastrophe miraculeuse qui surgira des marécages de l’amour qui s’enivre aux baisers ensorcelés de fleurs carnivores dans les forêts inondées de tendre cervelle de cette jungle urbaine du quartier gare. Quelque part dans la nuit tropicale,
un rocher de racines ; le singe dormant y veille sur la bible noire, à ses côtés,
l’aigre-manne observe le monde avec dans ses mille yeux des diamants.
J’aurais voulu t’écrire ce poème dédié à nos rires d’enfants secrets, fait de feulements, de borborygmes et de sifflets, avec une plume prise au croupion d’un oiseau fabuleux, sur chacune des feuilles géantes de la canopée…